Terra Nova, un think tank social-démocrate

TerraNova-logoPrésentation. Think tank ou laboratoire d’idée, terra nova se place comme une antenne de production de réflexion sur tous les thèmes de société et de politique en se revendiquant indépendant mais proche d’une gauche de progrès et sociale-démocrate.

Une organisation récente

Crée en 2008 par Olivier Ferrand, membre du Parti socialiste, Terra nova s’organise sous la forme d’une association. Son fonctionnement se base sur deux entités. Tout d’abord un conseil d’administration présidé par François Chérèque, ancien président de la CFDT, qui assure la direction de l’association et détermine la politique générale. Ensuite un réseau de près de mille experts issus principalement de la fonction publique, du monde de l’entreprise, de l’environnement associatif et d’experts qualifiés qui s’organisent en groupes de travail thématiques sous la responsabilité d’un conseil scientifique, présidé jusqu’à récemment par Michel Rocard.

L’objectif de Terra nova se fonde sur la production d’expertises et de solutions politiques opérationnelles devant s’inscrire dans un réseau européen et international de think tanks progressistes. En plus de nombreuses conférences, l’activité de Terra nova repose sur la production de trois types de publications. Ainsi elle diffuse gratuitement des dossiers de réflexions, des essais thématiques et des notes d’actualité analysant les enjeux politiques actuels par le biais du fondement idéologique du mouvement.

Des principes idéologiques assumés

L’association exprime très clairement ses valeurs qui doivent être le centre de gravitation fondamental de toute la production scientifique. Ainsi, il est possible de distinguer ses principes en quatre catégories :

  • L’engagement social-démocrate : les intérêts de la société sont indissociables de ceux des entreprises, de l’innovation et de la production de richesse. L’investissement social est nécessaire. La concertation, le contrat et le dialogue social sont indispensables.
  • L’innovation démocratique : recherche d’amélioration de la représentativité des citoyens dans les institutions. Démocratisation de l’Europe. Innovations démocratiques.
  • Le projet européen : l’avenir des peules passe par l’UE et il faut ainsi intégrer au maximum les politiques nationales dans un projet européen. Ambition d’une Europe fédérale.
  • Promotion de l’autonomie : libéralisme moral. Refus d’opposition entre liberté et égalité. Les libertés sont d’autant mieux distribuées que les inégalités sont contenues et les injustices combattues.

Un financement principalement issu du secteur privé

Terra nova est financé à plus de 94% par des mécènes et à moins de 6% par les cotisations de ses adhérents. Tout en fondant sa légitimité sur l’indépendance de ses membres qui ne perçoivent que des défraiements ponctuels, elle doit faire face aux dépenses courantes de fonctionnements et aux lourdes dépenses de communications de ses productions.

Afin d’éviter un financement par un parti et d’assurer une totale indépendance politique, le think tank fait appel à des établissements publics et surtout à des mécènes qui ne sont d’autre que de grands groupes privés ou publics. Il convient de citer pour 2016 : SNCF, EDF, Caisse des Dépôts, Google, Danone, Mutualité française, La Poste, Roche, HDD et Engie.

Une charte éthique éditée par Terra nova encadre les rapports entre mécènes le groupe de réflexion, ce qui n’exclut pas qu’il soit régulièrement confronté à des critiques de partialité.

Fiche technique : 

Président du conseil d’administration : François CHEREQUE

Directeur général : Thierry PECH

Contacts :

Antoine HARDY, responsable des publications

antoine.hardy@tnova.fr – 01 58 36 15 27

Annalivia LACOSTE, responsable de la communication

annalivia.lacoste@tnova.fr – 01 58 36 15 25

Site web :

http://tnova.fr/ 

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Ecrire un commentaire